Nos portables et notre santé.

Quel est le danger des ondes type téléphonie mobile ? 

Source : https://www.robindestoits.org/1-Pourquoi-une-alerte-sanitaire_r13.html

Dans la famille technique de la téléphonie mobile, du Wifi, du Bluetooth et des téléphones DECT, la structure physique de l’émission est triple : 

1/ une hyperfréquence, ou micro-onde, 
2/ une gamme d’extrêmement basses fréquences
3/ une multipulsation chaotique, c’est-à-dire sans résonance de rythmes 

Les micro-ondes et les très basses fréquences présentent une toxicité (par la production de protéines de stress et par résonance avec les fréquences cérébrales) mais la plus forte est celle des saccades : là, le désordre a la forme de « micromitrailleuses » électromagnétiques. 

Cela suffit non seulement pour désorganiser les processus physiologiques mais même pour décomposer des structures biochimiques

Ce désordre est cause d’agressions physiologiques primaires, dont 4 principales : 

– la perte d’étanchéité de la barrière sang-cerveau (hémato-encéphalique), 
– la perturbation de production de la mélatonine et de l’acétylcholine
– la déstabilisation des régulations membranaires
– les dommages génétiques

Elles engendrent à leur tour les pathologies spécifiques de l’exposition du vivant aux hyperfréquences pulsées. 

Le syndrome des micro-ondes est caractérisé par des mécanismes et des effets en phase d’alarme et de résistance : 

1er cas, la phase d’alarme : Le cerveau soumis à une stimulation ponctuelle de rayonnements électromagnétiques artificiels de type micro-ondes déclenche des réactions spécifiques de l’organisme impliquant des réponses neuronales, neuroendocrines, métaboliques et comportementales. 

A – Ces réponses se classent dans le schéma général d’adaptation au stress d’un individu, ceci de manière plus ou moins adaptée. 

B – La prise en charge de l’élément stresseur (l’irradiation) se réalise par : 
– le Système Nerveux Central (SNC), 
– le Système Nerveux Périphérique (SNP), 
– le Système Endocrinien (SE). 

Ces réponses se divisent en 3 stades : 
1 – Réception du stresseur par les organes sensoriels et leurs innervations afférentes. 
2 – Programmation de la réaction au stress au niveau du cortex et du Système Limbique (SL) (amygdale, bulbe olfactif, hippocampe, septum, corps mamillaire…). le couple Cortex/SL est un système d’analyse comparative utilisant comme banque de données des « souvenirs » issus d’expériences. Ainsi, le cerveau compare la situation nouvelle à des expériences passées afin d’élaborer une réponse adaptée.
3 – Déclenchement de la réponse de l’organisme via l’amygdale et l’hippocampe qui agissent sur l’hypothalamus et la formation réticulée du tronc cérébral afin d’activer le Système Nerveux Végétatif (SNV) et le SE (glandes surrénales). L’amplitude de l’alarme est régulée par le Système Limbique (SL). 

2ème cas, la phase de résistance :
Suite à la phase d’alarme, si l’exposition à l’élément stresseur persiste même à faibles doses (ex : irradiation par les antennes relais) ou devient chronique (ex : irradiation d’un utilisateurs en addiction au téléphone mobile qui ne respecte pas l’autorégulation du corps par rapport à l’indice DAS de son mobile), il résulte que l’hypothalamus, etc … vont analyser ces stress constants et activer la sécrétion des diverses hormones, … 

Malheureusement, en règle générale l’humain soumis exposé à ce type de rayonnements artificiels ne possède pas dans son « répertoire cognitif » de stratégie préétablie pour se défendre efficacement contre ce type d’agression, donc la stimulation hypothalamique entraîne une réponse générale stéréotypée inappropriée à ce type d’agression, … ce qui souvent en accroît l’impact négatif, ( affaire du collège de Chabeuil, France). 

– Concernant le métabolisme de certaines personnes cela va bien « se passer  » temporairement pendant une période pouvant atteindre quelques jours à plusieurs décennies, néanmoins leur capitale santé est tout de même rapidement hypothéqué. Des pathologies « habituelles » apparaissant vers le troisième âge, risquent d’apparaître précocement telle que la maladie d ’Alzheimer. 
– Concernant le métabolisme de toutes les personnes en états de faiblesses malades, âgées, fœtus, bébés, etc …, il se produit un épuisement rapide et une dérégulation de tous les systèmes nerveux et endocrinien, donc de l’ensemble du système immunitaire. L’organisme étant « dépassé », l’épuisement est atteint, de plus cet état est un terrain favorable à des sécrétions élevées en glucocorticoïdes qui ont un effet suppresseur sur l’immunité, … 
Ceci va favoriser (être co-promoteur) et déclencher l’apparition d’un certains nombres de pathologies connues, c’est l’aboutissement de ce mécanisme que l’on appelle le syndrome des micro-ondes. 

Pathologies courantes résultantes du syndrome des micro-ondes (liste non exhaustive) : 
– Syndrome dystonique cardiovasculaire : bradycardie, tachycardie, hyper/hypotension, athérosclérose … 
– Syndrome diencéphalique chronique : somnolence, insomnie, difficultés de concentration, vertiges, troubles sensoriels, pertes de concentration, fatigue chronique. 
– Syndrome asthénique chronique : fatigabilité, nausées, céphalées, anorexie, irritabilité, stress, dépression, suicide. 
– Pathologies cancéreuses : leucémies, glutathion et mélanome, cancers du sein, … (dossier InVS) 
– Pathologies dermatologiques : irruptions cutanées diverses, dermatites, dermatoses, eczéma, psoriasis … 
– Pathologies dopaminergiques : parkinson, les jambes sans repos, perte de sensibilité des 4 membres, bras serrés au réveil, crampes dans les membres, … 
– Pathologies immunitaires: modification de la formule sanguine (taux élevé de lymphocytes), etc … 
– Symptôme d’hypersensibilité : préalablement attribué à une perturbation psychologique ! 
– Pathologie pré et post-natale : forte prématurité (souvent avant ou vers l’âge gestationnel), fœtopathies « toxiques », fausses couches, retard de croissance, biométriques, modification du génotype, puis modification pubertaires (dont baisse QI associé à l’ouverture de la BHE). 
– Pathologie procréative : Diminution drastique du sperme (infertilité)… 
– Pathologie hypogonadisme : Hormone testostérone, Diminution drastique de la libido. 
– Pathologie cerveau : Tumeurs, Ouverture de la BHE (Barrière Hémato Encéphalique), perturbation de l’électroencéphalogramme, … 
– Pathologies courantes : perturbations auditives, visuelles, saignements de nez, commissures des lèvres blessées, saignements de gencives, fibromyalgie, allergies, asthme, névralgies dentaires, etc … 
– Pathologies psychiques : indifférence, introversion, passivité, résignation, dépression et anorexie mentale, … suicide, … et activité cérébrale (contrôle comportemental). 
– Troubles du comportement (socio-professionnel) : irritabilité, inconfort, et … risque d’accident accru, stress, dépression, suicide.

Pour ceux qui veulent lire des rapports scientifiques https://www.robindestoits.org/3-La-science_r14.html

CONSEILS: 
Comment se protéger des ondes électromagnétiques (hyper fréquences)

  • Limitez la durée de vos communications (6 minutes maximum : temps moyen de l’auto-régulation du corps humain.

  • Utilisez soit la fonction mains-libres, car plus loin de la tête. ou l’oreillette d’origine (PAS DE BLUETOOTH)

  • Une fois en communication audible ne bougez plus.

  • Évitez une utilisation dans un moyen de transport en mouvement (voiture, train, etc…) qui fait augmenter les niveaux d’exposition (réflexion d’ondes dans une cage de Faraday, pics d’intensité dus à une mauvaise réception et au passage d’une antenne-relais à l’autre…).

  • Privilégiez un téléphone avec une faible valeur (Débit d’Absorption Spécifique) plus d’information concernant le DAS…de préférence inférieur à 0,5 W/kg

  • Ne pas recharger votre téléphone dans la chambre.

  • Prenez l’habitude de le mettre dans une autre pièce que celle ou vous dormez ou coupez le ou à minima le mettre en mode avion. ATTENTION toutefois dans ce mode certains téléphones conservent des fonctions actives comme le GPS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *