La géobiologie dans les fermes

CE MILIEU QUI INFLUENCE LES ANIMAUX

Mammites récurrentes, taux cellulaires anormales, comportement anormales, entrées dans la salle de traite difficile, quand la conduite de l’élevage est hors de cause, il faut peut-être songer à des problèmes géobiologique ou électrique.

La géobiologie va permettre d’évaluer les influences du milieu, visible ou pas. Les influences peuvent être d’ordre naturel: le sol et la roche-mère servent de filtre aux échanges électromagnétique entre la terre et l’atmosphère. ces échanges « énergétiques » seront perturbés à l’aplomb des passages d’eau, des failles géologiques, des cavités souterraines…

Les animaux ressentent très finement dans leur corps jusqu’à vivre des stress importants. Ces phénomènes sont connus depuis la nuit des temps. l’éleveur devra renforcer sa vigilance avant d’implanter des bâtiments et à leur conception d’autre part en particuliers sur la salle de traite, les lieux de couchages…

LES PERTURBATEURS

En général il est possible d’améliorer chaque situation de façon spécifique pour compenser les perturbations subtiles en utilisant des pierres informées, de tracés régulateurs et autres correcteurs.

Aujourd’hui le développement des nouvelles technologies utilisant l’électricité, l’informatique et des moyens de communications comme le WiFi et autres ondes à hautes fréquences n’est pas sans nuisance sur les troupeaux. A l’intérieur de la ferme il n’est pas rare d’observer des pollutions importantes.
Par exemple, en salle de traite, les transformateurs, les bobines, les néons vont engendrer des champs magnétiques très élevés créateurs de courants induits sur des tubulures ou dans les murs d’où le mal être des bêtes.
Afin de stopper ces nuisances il peut être intéressant de déplacer des transformateurs, de remplacer les néons ou encore d’ouvrir des boucles métalliques.

La qualité de la mise  à la terre est primordiale et permet d’évacuer certains courants vagabonds.
Ces courants électriques parasites (« courants vagabonds » sont des courants
électriques dont la circulation n’est ni souhaitée, ni maîtrisée. Ces courants sont source d’inconfort et même de stress pour l’animal, et par conséquent pour l’éleveur.

Les 2 origines les plus fréquentes:

  • Une origine interne à l’élevage, liée aux nombreux équipements électriques et électroniques, structures et matériels métalliques présents sur l’exploitation.
    Un dysfonctionnement des installations électriques et/ou des équipements de l’exploitation est souvent en cause (défaut de mise à la terre, absence de liaisons équipotentielles). Les intempéries, l’humidité, les poussières, les chocs et la corrosion (notamment par les lisiers, aliments et engrais) accélèrent leur dégradation et augmentent les risques d’incidents d’origine électrique.
  • Une origine externe à l’élevage, liée aux équipements et réseaux électriques proches de l’exploitation agricole. La présence de ligne à haute tension ou très haute tension (HT ou THT), une mauvaise terre sur un transformateur EDF par exemple, génère des champs électromagnétiques pouvant interagir avec les structures métalliques à proximité et provoquer l’apparition de courants parasites (induction électrostatique ou magnétique). En élevage, les courants parasites parcourent les éléments conducteurs, le sol et les structures métalliques de l’exploitation et peuvent accidentellement circuler dans le corps de l’animal.
    Les vaches laitières sont très sensibles à ces phénomènes, souvent imperceptibles par l’homme. Les études scientifiques montrent que la résistance corporelle de la vache varie de 500 à 1000 ohms, contre 1000 à 5000 ohms pour l’homme.

Toutes ces nuisances influencent fortement les animaux allant jusqu’à provoquer du cannibalisme chez les porcs, des baisses d’immunité, des nervosités anormales.

Une analyse minutieuse de l’environnement, des mesures des champs électromagnétiques, la vérification par un spécialiste de l’installation est le moyen radical pour stopper les nuisances et retrouver un élevage en bonne santé et une production normale.

LES POSTES DE CLÔTURES;

La clôture électrique est un système en circuit fermé où le courant est transmis par les fils. Au contact de la végétation d’un animal ou, le courant passe par le sol et revient à l’appareil par l’intermédiaire des piquets de terre.

La prise de terre de la clôture doit être éloignée d’au moins 25 m de la terre du bâtiment d’élevage pour ne pas affecter le circuit de terre de celui-ci.
La plupart des conducteurs utilisés ne respectent pas les qualités d’isolement électrique requises (diélectrique trop faible).

Les câbles électriques servant à transporter le courant des clôtures ne doivent pas passer près d’une masse métallique du bâtiment d’élevage au risque de générer des tensions parasites à sa surface (couplage capacitif).

CE QUE JE PEUX FAIRE POUR VOUS

Je peux vous aider en faisant une vérification « simplifiée » des risques électriques : vérification de la prise de terre et des liaisons équipotentielles des masses en contact avec les animaux d’élevage (salle de traite,
cornadis et logettes).

Contenu de l’intervention.

A l’aide de matériel de contrôle de champs électriques et magnétiques et de mesureur de terre je peux réaliser les mesures suivantes.

Les 10 points de mesures et de contrôles que je réalise pour cette vérification»:

  • Vérification à partir des schémas électriques de l’installation et de la conformité des schémas avec la réalité du lieu.
  • vérification des liaisons équipotentielles des principaux éléments métalliques en contact avec les animaux d’élevage (salle de traite et cornadis).
  • Vérification visuelle des Armoires, coffrets électriques, boites de dérivation (états, propreté…)
  • Vérifier que le calibre des fusibles et disjoncteurs correspond aux câbles en aval.
  • Fixation et état des câbles, gaines et goulottes en amont et en aval des tableaux.
  • Conformité de l’indice de  l’indice de protection IP 35 (au minimum) des matériels.
  • Les tensions entre phase mesurées ne doivent pas être inférieures à 10 % de la valeur théorique et ne doivent pas être supérieures à 6 % de la valeur théorique.
  • La tension entre terre et neutre est mesurée sur une prise de courant ou dans l’armoire générale. La tension doit être faible avec une valeur inférieure à 6V (et idéalement inférieure à 2V).
  • Vérification de la prise de terre. Une prise de terre correcte permet un bon écoulement des courants de défaut. La valeur de sa résistance est primordiale dans la chaîne de sécurité. Couplée à un interrupteur différentiel, la mise à
    la terre permet de limiter les tensions de contact et écarte tout danger pour les usagers et animaux. La valeur mesurée doit être inférieur ou égale à 18 Ohms afin d’assurer un confort optimal pour les animaux pendant la traite.
  • Vérification  de la conformité des postes de clôtures

Suite à ce premier diagnostic s’il s’avère nécessaire d’approfondir les recherche, elles devront être faire par une personne habilité à minima BT-BR connaissant bien le milieu agricole.

Nos portables et notre santé.

Quel est le danger des ondes type téléphonie mobile ?

Source : https://www.robindestoits.org/1-Pourquoi-une-alerte-sanitaire_r13.html

Dans la famille technique de la téléphonie mobile, du Wifi, du Bluetooth et des téléphones DECT, la structure physique de l’émission est triple :

1/ une hyperfréquence, ou micro-onde,
2/ une gamme d’extrêmement basses fréquences,
3/ une multipulsation chaotique, c’est-à-dire sans résonance de rythmes

Les micro-ondes et les très basses fréquences présentent une toxicité (par la production de protéines de stress et par résonance avec les fréquences cérébrales) mais la plus forte est celle des saccades : là, le désordre a la forme de « micromitrailleuses » électromagnétiques.

Cela suffit non seulement pour désorganiser les processus physiologiques mais même pour décomposer des structures biochimiques.

Ce désordre est cause d’agressions physiologiques primaires, dont 4 principales :

– la perte d’étanchéité de la barrière sang-cerveau (hémato-encéphalique),
– la perturbation de production de la mélatonine et de l’acétylcholine,
– la déstabilisation des régulations membranaires,
– les dommages génétiques.

Elles engendrent à leur tour les pathologies spécifiques de l’exposition du vivant aux hyperfréquences pulsées.

Le syndrome des micro-ondes est caractérisé par des mécanismes et des effets en phase d’alarme et de résistance :

1er cas, la phase d’alarme : Le cerveau soumis à une stimulation ponctuelle de rayonnements électromagnétiques artificiels de type micro-ondes déclenche des réactions spécifiques de l’organisme impliquant des réponses neuronales, neuroendocrines, métaboliques et comportementales.

A – Ces réponses se classent dans le schéma général d’adaptation au stress d’un individu, ceci de manière plus ou moins adaptée.

B – La prise en charge de l’élément stresseur (l’irradiation) se réalise par :
– le Système Nerveux Central (SNC),
– le Système Nerveux Périphérique (SNP),
– le Système Endocrinien (SE).

Ces réponses se divisent en 3 stades : 
1 – Réception du stresseur par les organes sensoriels et leurs innervations afférentes.
2 – Programmation de la réaction au stress au niveau du cortex et du Système Limbique (SL) (amygdale, bulbe olfactif, hippocampe, septum, corps mamillaire…). le couple Cortex/SL est un système d’analyse comparative utilisant comme banque de données des « souvenirs » issus d’expériences. Ainsi, le cerveau compare la situation nouvelle à des expériences passées afin d’élaborer une réponse adaptée.
3 – Déclenchement de la réponse de l’organisme via l’amygdale et l’hippocampe qui agissent sur l’hypothalamus et la formation réticulée du tronc cérébral afin d’activer le Système Nerveux Végétatif (SNV) et le SE (glandes surrénales). L’amplitude de l’alarme est régulée par le Système Limbique (SL).

2ème cas, la phase de résistance :
Suite à la phase d’alarme, si l’exposition à l’élément stresseur persiste même à faibles doses (ex : irradiation par les antennes relais) ou devient chronique (ex : irradiation d’un utilisateurs en addiction au téléphone mobile qui ne respecte pas l’autorégulation du corps par rapport à l’indice DAS de son mobile), il résulte que l’hypothalamus, etc … vont analyser ces stress constants et activer la sécrétion des diverses hormones, …

Malheureusement, en règle générale l’humain soumis exposé à ce type de rayonnements artificiels ne possède pas dans son « répertoire cognitif » de stratégie préétablie pour se défendre efficacement contre ce type d’agression, donc la stimulation hypothalamique entraîne une réponse générale stéréotypée inappropriée à ce type d’agression, … ce qui souvent en accroît l’impact négatif, ( affaire du collège de Chabeuil, France).

– Concernant le métabolisme de certaines personnes cela va bien « se passer  » temporairement pendant une période pouvant atteindre quelques jours à plusieurs décennies, néanmoins leur capitale santé est tout de même rapidement hypothéqué. Des pathologies « habituelles » apparaissant vers le troisième âge, risquent d’apparaître précocement telle que la maladie d ’Alzheimer.
– Concernant le métabolisme de toutes les personnes en états de faiblesses malades, âgées, fœtus, bébés, etc …, il se produit un épuisement rapide et une dérégulation de tous les systèmes nerveux et endocrinien, donc de l’ensemble du système immunitaire. L’organisme étant « dépassé », l’épuisement est atteint, de plus cet état est un terrain favorable à des sécrétions élevées en glucocorticoïdes qui ont un effet suppresseur sur l’immunité, …
Ceci va favoriser (être co-promoteur) et déclencher l’apparition d’un certains nombres de pathologies connues, c’est l’aboutissement de ce mécanisme que l’on appelle le syndrome des micro-ondes.

Pathologies courantes résultantes du syndrome des micro-ondes (liste non exhaustive) :
– Syndrome dystonique cardiovasculaire : bradycardie, tachycardie, hyper/hypotension, athérosclérose …
– Syndrome diencéphalique chronique : somnolence, insomnie, difficultés de concentration, vertiges, troubles sensoriels, pertes de concentration, fatigue chronique.
– Syndrome asthénique chronique : fatigabilité, nausées, céphalées, anorexie, irritabilité, stress, dépression, suicide.
– Pathologies cancéreuses : leucémies, glutathion et mélanome, cancers du sein, … (dossier InVS)
– Pathologies dermatologiques : irruptions cutanées diverses, dermatites, dermatoses, eczéma, psoriasis …
– Pathologies dopaminergiques : parkinson, les jambes sans repos, perte de sensibilité des 4 membres, bras serrés au réveil, crampes dans les membres, …
– Pathologies immunitaires: modification de la formule sanguine (taux élevé de lymphocytes), etc …
– Symptôme d’hypersensibilité : préalablement attribué à une perturbation psychologique !
– Pathologie pré et post-natale : forte prématurité (souvent avant ou vers l’âge gestationnel), fœtopathies « toxiques », fausses couches, retard de croissance, biométriques, modification du génotype, puis modification pubertaires (dont baisse QI associé à l’ouverture de la BHE).
– Pathologie procréative : Diminution drastique du sperme (infertilité)…
– Pathologie hypogonadisme : Hormone testostérone, Diminution drastique de la libido.
– Pathologie cerveau : Tumeurs, Ouverture de la BHE (Barrière Hémato Encéphalique), perturbation de l’électroencéphalogramme, …
– Pathologies courantes : perturbations auditives, visuelles, saignements de nez, commissures des lèvres blessées, saignements de gencives, fibromyalgie, allergies, asthme, névralgies dentaires, etc …
– Pathologies psychiques : indifférence, introversion, passivité, résignation, dépression et anorexie mentale, … suicide, … et activité cérébrale (contrôle comportemental).
– Troubles du comportement (socio-professionnel) : irritabilité, inconfort, et … risque d’accident accru, stress, dépression, suicide.

Pour ceux qui veulent lire des rapports scientifiques https://www.robindestoits.org/3-La-science_r14.html

CONSEILS: 
Comment se protéger des ondes électromagnétiques (hyper fréquences)

  • Limitez la durée de vos communications (6 minutes maximum : temps moyen de l’auto-régulation du corps humain.

  • Utilisez soit la fonction mains-libres, car plus loin de la tête. ou l’oreillette d’origine (PAS DE BLUETOOTH). L’idéal est d’avoir des Kit Piéton Oreillettes Anti-Ondes Stéréo Airtube qui n’émettent aucun rayonnement.

  • Une fois en communication audible ne bougez plus.

  • Évitez une utilisation dans un moyen de transport en mouvement (voiture, train, etc…) qui fait augmenter les niveaux d’exposition (réflexion d’ondes dans une cage de Faraday, pics d’intensité dus à une mauvaise réception et au passage d’une antenne-relais à l’autre…).

  • Privilégiez un téléphone avec une faible valeur (Débit d’Absorption Spécifique) plus d’information concernant le DAS…de préférence inférieur à 0,5 W/kg

  • Ne pas recharger votre téléphone dans la chambre.

  • Prenez l’habitude de le mettre dans une autre pièce que celle ou vous dormez ou coupez le ou à minima le mettre en mode avion. ATTENTION toutefois dans ce mode certains téléphones conservent des fonctions actives comme le GPS

L’architecture du fonctionnement du LINKY…

L’architecture du fonctionnement du LINKY…

La technologie CPL (Courant Porteur en Ligne) envoi des informations transmises vers des concentrateurs hauts qui enregistrent et stockent les données recueillies.

Ce type de compteur ne possédant pas de filtres pour stopper ces rayonnements et les câbles des installations électriques n’étant pas prévus pour ce type de fréquences, de ce fait, il capte et réémet ces rayonnements dans toutes les pièces d’habitation, sauf s’ils passent dans des gaines blindées ou s’il s’agit de câbles également blindés (avec un blindage hautes fréquences de classe 7).
Ces rayonnements posant un problème sanitaire car ce sont des Radiofréquences (RF), des micro- ondes pulsées qui sont injectées dans la totalité du réseau électrique des habitations.

Four à micro-onde et table à induction

Les fours à Micro-ondes

Qu’est-ce qu’une micro-onde?

Les micro-ondes sont des ondes électromagnétiques de 300 Méga-Hertz à 100 GigaHertz, soit de longueur d’onde de 1 m à 3 mm, se situant dans le spectre entre :
– d’une part les ondes radio,
– d’autre part, les rayonnements infra-rouges, visibles et les UV.
La fréquence des fours industriels et ménagers est de 2450 Méga-Hertz – soit 2,45 Giga-Hertz, soit une longueur d’onde de 12 cm. Sous l’action de ces ondes, les molécules d’eau contenues dans les aliments placés dans ces fours changent d’orientation 2 .450.000 fois par seconde, d’où l’échauffement suite aux frottements intenses consécutifs.

Que ce passe t’il devant la porte?

Le premier élément à prendre en compte est l’ancienneté de votre appareil. Plus il est vieux plus il a de chance de moins bien filtrer les ondes vers l’extérieur. Les valeurs ci-dessous sont prisent sur un four âgé de 5 ans et sont là à titre indicatif.

La puissance maximum des fuites émises par un four micro-onde est très variable.

la fréquence du  générateur micro-onde est de 2460MHz varie de +-25MHz. La rotation du plateau tournant peut modifier également la propagation des fuites vers l’extérieur en fonction de la forme du récipient.

En reculant le point de mesure de 20cm à 1 mètre de la porte, la puissance rayonnée varie en moyenne de  36V/m à 6V/m  , des valeurs divisées par 6.

DANGER!! En marche « à vide » on peut atteindre à 20cm de la porte 50V/m ce qui est très nocif.

Recommandations

il est probable que ces valeurs ne vous disent rien. Sachez que le rapport bio-initiative* recommande de ne pas dépasser 0,6V/m.
Appliquez le principe de précaution:

Ne pas laisser les enfants devant un four en marche

Ne pas rester à proximité du four après avoir appuyé sur le bouton marche.

Ne jamais regarder derrière la vitre de porte pour voir si…. »ça décongèle » correctement !!

Pour finir sur les micro-ondes et les aliments, une enquête trouvée sur santé magasine en 2018 indique:

« Il existe des modifications dans la microstructure des aliments chauffés, mais toute cuisson (à l’eau, à la vapeur) entraîne des transformations de texture et/ou de structure »…

La cuisson au micro-ondes détruit en partie les acides gras essentiels et les deux tiers des vitamines C ou B9…

Bioinitiative est un groupe de scientifiques internationaux, dont la première contribution publiée en 2007 est le « rapport Bioinitiative », qui vise à démontrer la dangerosité des champs électromagnétiques.

Le BioInitiative Report est un rapport sur la relation entre les champs électromagnétiques associés aux lignes électriques et aux appareils sans fil et la santé.

RAPPORT BIOINITIATIVE – les conclusions

Table à induction

Les plaques à induction génèrent des champs électromagnétiques. Il s’agit de fréquences oscillant entre 20 et 100 kHz.

Contrairement aux micro-ondes, il n’est pas facile de trouver des éléments sérieux sur ces plaques et leurs nocivités.

La première que j’ai trouvé:
Tous les fabriquant de Pace Maker indique dans leur notice je cite … »Les plaques à induction, par contre, constituent un risque potentiel sérieux pour un porteur de stimulateur cardiaque. » http://www.cardiodiac.net/PaceMaker.htm

Ensuite j’ai trouvé > Il n’y a pas eu beaucoup de recherche sur les interférences des plaques à induction avec certains appareils tels que les stimulateurs cardiaques et défibrillateurs automatiques implantables (DAI). Toutefois, une étude expérimentale in vivo (57 stimulateurs) réalisée en France n’a révélé aucun dysfonctionnement de stimulateurs cardiaques dû à l’utilisation d’une plaque à induction (source : R. Frank et al. Effets des champs magnétiques de 50 et 60 Hz et de 20 à 50 kHz sur le fonctionnement des cardiostimulateurs implantés.

Mais aussi> Les plaques à induction génèrent des ondes électromagnétiques à des fréquences nocives. C’est pour cette raison que des normes de sécurité très strictes ont été établies. Selon l’ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection) qui est une agence spécialisée, un fourneau à induction ne doit pas dépasser la valeur référence de 6.25 microtesla au cas où une seule plaque est utilisée et où celui qui s’en sert se trouve à une distance de 30 centimètre. Pour toutes les plaques obéissant à cette exigence, le risque pour la santé est minimal, quasi négligeable.

Ou encore, Les plaques de cuisson à induction, qui génèrent de forts champs magnétiques, posent un problème : il faudrait s’en tenir éloigné de un mètre cinquante – difficile pour cuisiner ! »

On voit à travers ces quelques exemples qu’on trouve tout et son contraire.

En conclusion

Une conclusion qui n’est pas forcement rassurante quand on sait que pour que l’OMS déclare qu’un produit est dangereux il faut qu’il y ai des preuves à 98% avec des enquêtes et des contre enquêtes. Donc selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), aucune indication d’effets néfastes sur la santé à long terme par l’intermédiaire de ces champs électromagnétiques n’a été démontrée à ce jour.
Je rajouterais pour avoir cuisiné à plusieurs occasions sur ce genre de plaques, je ne peux pas rester devant, dès que 3 foyers sont allumés. A vous d’en tirer les conclusions et n’hésitez pas à me faire part de votre expérience si vous en êtes équipé.

Téléphone maison DECT = DANGER

Téléphone maison DECT = DANGER

Vous allez me dire encore une abréviation, pas d’inquiétude rien de compliqué. Un téléphone DECT (de l’anglais Digital Enhanced Cordless Telecommunications abrégé en DECT signifiant littéralement « téléphone sans-fil numérique amélioré.

Le DANGER vient du fait que la plupart des téléphones DECT (en vente dès 1996) émettent jour et nuit des ondes à hautes fréquences, même quand on ne téléphone pas. Il n’est pas rare de mesurer des champs de 9 V/m à 50 cm de l’appareil ou encore 1,5 V/m à 3 m. Avec le WIFI qui émet en continu des micro-ondes, vous avez une véritable petite antenne relais mobile à l’intérieur de votre domicile. l

Les  dernières recommandations suite au rapport de Bio-Initiative de 01/03/2018 sont de 0,6 V/m dans la maison et 0,2 V/m dans la chambre. Vous voyez que si vous avez le téléphone sur la table de nuit, il est fort probable que vous dormiez mal.

Une étude de 2010  publiée dans le Journal européen d’Oncologie [cancérologie] a démontré que les téléphones sans fil DECT qui transmettent un signal pulsé ont un impact sur le rythme cardiaque, sans téléphoner.

Je connais des personnes qui sont devenu Electrhypersensible après avoir travaillé plusieurs heures par jour pendant des années avec ce genre de matériel. Il n’est pas rare non plus de lire régulièrement que des personnes ont développé un cancer au cerveau du coté où elles utilisent ce genre de téléphone. Bien sur pas de preuve directe mais beaucoup de similitudes entre les cas.

‘Electrohypersensibilité (EHS) : quand les ondes gâchent la vie’
Extrait du Top Santé – 14/05/2015

Les ondes ont un impact sur chacun d’entre nous mais certaines personnes y sont plus sensibles. On dit qu’elles souffrent d’électrohypersensibilité.
Les enfants et les adolescents sont particulièrement à risque face aux ondes. En effet, contrairement aux adultes, leur cerveau est encore en développement, leur boîte crânienne est moins épaisse, et le risque de pénétration des ondes est plus important. « Ainsi, les téléphones mobiles sont-ils suspectés d’avoir un impact sur le développement neurologique des enfants, d’autant plus si leur exposition commence jeune et est de ce fait plus longue. Selon une étude réalisée sur plus de 13 000 enfants danois âgés de 7 ans entre 2005 et 2006, ceux qui ont utilisé un portable avant l’âge de 7 ans auraient jusqu’à 80 % plus de risques de souffrir de troubles de la conduite, d’hyperactivité et de troubles émotionnels. Les risques étant proportionnels au temps d’utilisation », souligne le Dr Souvet.

Je reviendrais sur ce sujet dans un article spécifique sur les EHS

Que peut faire un géobiologue contre les nocivités des ondes?.

Vous vous demandez peut-être ce que peut faire un géobiologue  contre les ondes électromagnétiques.
Beaucoup et peu en même temps.

La première chose est de vous faire prendre conscience du danger, j’espère que c’est fait à travers cet article.
La deuxième est de venir chez vous faire des mesures avec du matériel adapté, car malheureusement il n’y a pas que les DECT qui sont porteur d’ondes nocives, il y a également le WiFi, bluetooth, le portable, les lignes HT et THT, les antennes relais…

Que pouvez-vous faire pour réduire voir éliminer cette nocivité

Plusieurs solutions s’ouvrent à vous.

Le première étant de revenir au bon vieux téléphone filaire.
La deuxième est d’acheter un téléphone qui d’une part n’émet pas ou très peu au repos sur sa base et qui émet le moins d’ondes en service. Aujourd’hui on trouve des  téléphone sans fil offrant un confort d’utilisation optimal avec réduction des ondes en communication et suppression totale en veille après réglage pour moins de 50€.
Alors plutôt que de prendre des risques inutiles appliquez le principe de précaution, peut-être que demain il sera trop tard.

Baby phone les dangers

Pourquoi protéger votre enfant des ondes des babyphones ?

sleeping baby

N’oubliez pas que le système nerveux de votre enfant est très fragile et qu’il pourrait facilement être affecté par les effets néfastes des ondes électromagnétiques, notamment sur son cerveau. En effet, le cerveau d’un enfant peut absorber environ 60% d’ondes supplémentaires que celui d’un adulte. Les résultats des études et recherches sont par ailleurs contradictoires quant aux dangers des ondes électromagnétiques.

Les babyphones avec une caméra intégrée, appelés aussi baby vidéos ou écoutes bébé vidéo, offrent l’avantage de voir en temps réel les actions et comportements de votre enfant. Malgré leurs atouts pratiques non négligeables, certains types de babyphones vidéos ou audio numériques émettent plus d’ondes que d’autres.

Comme il n’y a pas de fréquences imposées pour les écoutes bébé, les modèles que l’on retrouve sur le marché tournent autour de 40 mhz à 2400 mhz. Si vous souhaitez acheter un babyphone sur internet, il serait mieux d’opter pour des babyphones à basse fréquence.

Pour limiter les ondes propagées dans l’environnement de bébé, un autre critère est essentiel au moment d’acheter votre appareil, celui de la fonctionnalité « déclenchement automatique à la voix » ou « VOX ».

les babyphones se composent de deux modules : l’émetteur se trouvant à proximité du bébé et le récepteur chez les parents. On retrouve des babyphones qui se connectent sur des fréquences en permanence au moindre bruit, gestes, ou mouvements. Or, les fréquences dégagées en permanence accentuent les dangers à l’égard de votre enfant. Il est donc préférable d’opter pour les babyphones dotés de la fonctionnalité « déclenchement automatiquement à la voix » plus couramment appelée « VOX ». Cette fonctionnalité sera particulièrement importante lors de l’utilisation d’un écoute bébé avec double émetteur.

Cette fonctionnalité diminue les effets nocifs

Emplacement idéal d’un écoute bébé

D’après les spécialistes, plus cet appareil est placé proche de la tête de l’enfant, plus les effets des ondes sont néfastes. Posez ainsi l’émetteur, soit sur une table, soit accroché au mur à une distance de 1 à 3 mètres afin qu’il reste suffisamment efficace tout de même.

Les babyphones à faible émission d’ondes

Selon une étude menée par le laboratoire de Compatibilité Electromagnétique (CEM), de l’Institut Pascal, rattaché au CNRS, les babyphones analogiques émettent 33 fois moins d’ondes et une fréquence 2 fois inférieure à celle de ses concurrents sur le marché.

                                 Précautions à prendre

ecoutebebe-nuit

Les questions autour de la nocivité des ondes électromagnétiques tout comme celle des ondes WiFi restent toujours d’actualité, pour les enfants comme pour les adultes. Le système nerveux de votre bébé est plus vulnérable que celui d’un adulte. Prenez alors des précautions pour le protéger. N’achetez un écoute bébé de longue portée que si celui ci dispose d’un mode économie d’énergie et choisissez un modèle adapté à votre besoin.

Dans le cas d’une maison où les pièces sont proches les unes des autres, et où l’on peut facilement entendre les pleurs de votre bébé, l’achat peut être une option et non une obligation. Si vous pensez toutefois qu’il est nécessaire, misez sur un babyphone ayant une portée de 30 à 100 mètres. N’achetez un écoute bébé de longue portée que dans le cas où la chambre de votre enfant se trouve un peu loin de la vôtre ou si vous habitez dans une grande maison ou appartement. Sachez aussi que les modèles numériques permettent de vous prémunir des interférences causées par d’autres équipements. Pour protéger bébé Je vous recommande fortement de poser le babyphone au moins à 1 mètre de son berceau et de privilégier l’achat d’un modèle disposant de l’option VOX ou éco.

                                                 En résumé,

Pour éviter que votre babyphone ne diffuse trop de mauvaises ondes auprès de votre enfant, quelques conseils et informations sont à prendre en compte:

  • Privilégiez les babyphones ayant une moyenne portée et vérifiez les normes qu’il respecte
  • Orientez vous vers des écoutes bébés disposant d’une fonctionnalité « déclenchement à la voix » ou VOX
  • Pour plus de précautions, placez l’écoute bébé à une distance minimale de 1,5 mètres de la tête de bébé 
  • Enfin, optez plutôt pour des modèles qui émettent de faibles ondes, 

Une histoire vraie

Les perturbations tellurique peuvent agir très vite

Dans un autre constat établi par le docteur Hartmann (Eberbach, Neckar), une femme de 30 ans, excellente sportive, exerçait sans problème son métier d’institutrice.
Son mariage était heureux, le couple déménage dans un immeuble très moderne, construit en béton armé, largement équipé de baies vitrées.
Au bout de trois mois, cette femme commença à maigrir et à souffrir de tiraillements douloureux au fond de la gorge, les examens chez un spécialiste otorhinolaryngologiste ne donnèrent aucune indication.
À la longue, sans que des signes cliniques puissent être décelés, il s’en suivit une profonde dépression, puis une invalidité complète, six mois après son déménagement, cette femme était méconnaissable. Ce changement était-il en rapport direct avec la construction, les matériaux, le conditionnement d’air ou était-il propre à la constitution de cette jeune femme ?…
En fait, l’expertise géobiologique de sa chambre à coucher révéla un nœud du « réseau H » exactement dans la région du cou, au niveau de son lit, l’appareil de mesure, récepteur d’ondes ultracourtes, confirma de fortes perturbations sur cette zone précise.
Un simple échange de lit et une disposition correcte en zone neutre dans une chambre voisine permit à cette femme de retrouver du jour au lendemain des nuits satisfaisantes, et son équilibre général s’améliora rapidement sans traitement particulier, elle n’eut plus aucun symptôme à la gorge, et reprit son activité professionnelle au bout de quelques semaines.
À la lumière de cet exemple, on pourrait penser que l’habitat moderne, de par sa structure armée de barres de fer, ses matériaux à faible perméabilité, en d’autres termes, de par son côté quelque peu inorganique, a une part de responsabilité importante dans les modifications de l’état de santé des individus.
Mais d’autres expériences, menées à grande échelle sur de vieux quartiers, prouvent que l’habitat ancien n’est guère plus protecteur.
Dans ces vieux quartiers, ce ne sont pas les effets secondaires du béton armé et des matériaux modernes qui entrent en jeu puisqu’il s’agit souvent de constructions en pierre ou en brique. Ainsi, dans la relation santé-habitat, les causes d’implantations défectueuses et les conditions d’aménagement intérieur sont prioritaires sur la qualité constitutive des murs et des cloisons.